Le Crayon Optique

Précurseur de la souris, le crayon optique était un outil indispensable dans les années 80. Peu utilisé (à tort ?) dans la musique, il semble revenir au goût du jour mais sous une forme inattendue… Le point sur la question (article réalisé en 2007 et mis à jour en 2014).

Les plus jeunes qui liront cet article ne sauront probablement pas ce qu’est un crayon optique et pourtant, au début des années 80, de nombreux ordinateurs en étaient équipés ou proposaient cette option. C’était surtout la gamme des Thomson qui avaient démocratisé l’utilisation du crayon grâce notamment aux TO7 et MO5 (puis par la suite les TO7/70, MO6, TO8 et TO9).

Fonctionnement

Le principe est très simple : lorsque la pointe du crayon, composée d’un détecteur optique entre en contact avec l’écran, l’ordinateur détermine la position du crayon et entraîne donc une réaction programmée (validation, changement de page, dessin, etc.).

Concrètement, au lieu de déplacer votre souris sur la case « OK » puis de cliquer, il suffisait d’aller pointer avec le crayon à l’emplacement de cette case. De nos jours, il paraît difficile d’utiliser ce procédé avec les écrans plats dont la fragilité des dalles n’est plus à démontrer (qui n'a pas la hantise du pixel mort ?). Toutefois, ce système a eu son heure de gloire dans le domaine musical au début des années 80 grâce au… Fairlight !

Un crayon nommé Fairlight

Eh oui, cet instrument mythique utilisait un crayon optique comme lien entre l’homme et la machine. On pouvait ainsi, par exemple, intégrer des notes sur une partition ou bien modifier en temps réel les paramètres d’un son en jouant sur l’affichage de ses enveloppes. On peut voir sur de nombreuses vidéos des artistes comme Daniel Balavoine ou Peter Gabriel utiliser le crayon optique avec un Fairlight.

J’ai en mémoire un concert de Duran-Duran qui passait à la télévision et où l'on pouvait distinguer l’un des musiciens s’amuser à modifier le son d’un Fairlight en jouant de cette manière. Impressionnant pour l’époque, surtout quand on connaissait le prix de cette machine, réservée essentiellement à l’élite des musiciens.

 
 
 
Back to Top