Emagic Audiowerk2

Après avoir déjà frappé un grand coup avec la carte Audiowerk8, Emagic remet ça en présentant sa déclinaison d’entrée de gamme : l’Audiowerk2, une carte audio pour Mac et PC, au prix fort attractif.

Une chose est certaine, quand la société allemande Emagic sort un nouveau produit, on peut s’attendre à du sérieux… Là encore, elle ne déroge pas à la règle puisque, après nous avoir gratifiés du formidable Logic Audio 4.0 que nous avions dévoilé en exclusivité dans notre premier numéro, voici que débarque la carte Audiowerk2, en attendant la sortie prochaine des interfaces MIDI USB : AMT8 et Unitor8…

Cartes sur table

Tout d’abord, un petit récapitulatif avant de se lancer plus en avant dans l’essai de cette carte, et revenons à l’Audiowerk8. Quid de ce produit ? Toujours au catalogue, l’Audiowerk8, signée Emagic, a fait sensation lors de sa sortie il y a environ deux ans, puisqu’elle proposait pour moins de 5 000 F une carte audio PCI multipistes compatible Mac/PC, avec jusqu’à 8 pistes en lecture, pour une finition globale de très bonne qualité.

Soucieux de décliner sa gamme vers le bas et ainsi combler les musiciens avides de performances, mais au budget plus limité, Emagic a donc opté pour une version « light » de son produit phare, d’où la sortie de l’Audiowerk2, objet de cet article…

L’ensemble se présente sous forme d’un bundle, c’est-à-dire qu’en plus de la traditionnelle carte à intégrer dans votre ordinateur, vous aurez droit à plusieurs programmes sur lesquels nous reviendrons plus loin. En tout cas on peut dire que vous êtes des petits veinards ! La sérigraphie de la carte est propre et se loge facilement sur l’un des ports PCI de votre PC ou Macintosh.

La tranche de l’Audiowerk2 est sobre : 2 entrées et 2 sorties analogiques en RCA, ainsi que 1 entrée et 1 sortie numérique S/PDIF coaxiale. Sobre, mais efficace ! Juste ce qu’il faut pour travailler dans de bonnes conditions. Et à ce propos, il est peut-être temps de voir de plus près ce que cette carte a dans le ventre…

Mettons-nous en situation !

Tout d’abord, il faut lancer l’installation des drivers et des programmes. Pour cela, insérer le CD-Rom compris dans le package, cliquer sur l’icône, suivre les instructions, attendre la fin de l’installation de tous les éléments (même pas trente secondes sur notre Macintosh G2 266 MHz et notre PC Pentium 2300 MHz, ayant servi aux tests) et constater ! Tout est à la bonne place, tout démarre du premier coup et rien ne se plante (même pas sur PC !). La carte est parfaitement reconnue…

Certes, le CD-Rom intègre tout ce qu’il faut pour éviter ce genre de désagréments, autrement dit, pour Mac, drivers ASIO, SoundManager et pour Windows, drivers pour Win95/98/NT4, MME et ASIO. MME étant essentiel pour fonctionner avec des programmes comme CoolEdit ou SoundForge et ASIO pour tourner sans problème sous Cubase. Quoi qu’il en soit, Logic audio supporte directement la carte Audiowerk2.

Maintenant, lançons le séquenceur fourni avec la carte, à savoir sur Macintosh, Micro Logic et sur PC, Logic Audio Composer, c’est-à-dire des versions « légères » de la gamme Logic Audio, mais avec tout de même les bases nécessaires pour travailler aussi bien en MIDI qu’en audio.

Logic mini mais il fait le maxi !

Dire que les versions de Logic livrées avec l’Audiowerk2 sont des gadgets serait véritablement abuser, car ce sont de réels programmes possédant d’intéressantes caractéristiques, comme vous allez pouvoir le constater.

Au chargement du Micro Logic 3.7.4 Macintosh, je me suis retrouvé avec la version allemande, diantre ! N’ayant pas suivi en classe les cours du langage teuton (de même qu’un sacré paquet d’autres), j’avais un peu de mal à m’y retrouver dans les titres des menus. Heureusement, Emagic fait bien les choses puisque la gamme des Logic audio est dorénavant multi-langue : il suffit de se rendre dans le menu « Datei » (File), choisir « globale voreinstellungen » (Préférences) puis de cliquer sur la dernière case en base sur « English » pour y voir (beaucoup) plus clair.

Ouf, ca va mieux ! Notons au passage que cette opération du choix des langues est également disponible dans les versions haut de gamme du produit, notamment sur Logic Audio Platinum/Gold dans lesquelles vous pouvez même opter pour la version française. Déroutante au départ pour les habitués de Notator, puis Logic et enfin Logic Audio, elle n’en demeure pas moins très appréciable sur la longueur.

Mais revenons à notre Micro Logic. Celui-ci demande un minimum de 14 Mo de mémoire RAM pour fonctionner. Si vous utilisez l’audio à outrance, n’hésitez pas à lui allouer beaucoup plus. Petit détail amusant, le menu « pomme » donne des informations sur les mises à jour que l’on peut trouver concernant les divers produits.
On retrouve un éditeur de partitions, un autre d’évènements, la table de mixage MIDI + audio, l’éditeur de matrice (sans Keanu Reeves), l’éditeur d’échantillon et l’habituelle fenêtre arrange. Ici, pas d’environnement (les réfractaires à ce pourtant génialissime système seront heureux). Tout est épuré par rapport à la version Gold : on n’a gardé que l’essentiel pour composer rapidement et efficacement.

La version de Logic Audio Composer pour PC est une version un peu plus « boostée » que celle du Macintosh, spécialement développée pour l’occasion, sans pour autant rivaliser avec le haut de gamme de chez Emagic. Toutefois, pour compenser l’absence de WaveBurner (voir plus loin) pour PC au sein du package, ce séquenceur supporte le format DirectX, les interfaces MIDI Multiports et offre jusqu’à 16 pistes audio, chacune d’entre elles disposant d’un égaliseur et 4 bus d’effets. Sinon, dans l’ensemble, il reprend les caractéristiques de la version Macintosh, en y apportant néanmoins un éditeur supplémentaire : Hyperdraw (pratique pour dessiner des courbes de volume ou de pitch).

Zap !

Depuis plus d’un an, ce petit logiciel suit son bonhomme de chemin sans trop faire parler de lui… Et pourtant ! Quand on connaît les soucis de sauvegarde des lourds fichiers audio sur son disque dur (ou sur Zip, Jaz et autres périphériques), Zap est la réponse au problème, et désormais disponible aussi bien pour Mac que pour Windows, en version 1.5 !

Si l’on fait un bref rappel, dix minutes de son stéréo échantillonné en 16 bits à 44,1 kHz pèseront environ quelques 10 Mo sur votre disque. Lorsque vous n’avez qu’un fichier, ça va encore… Mais lorsque vous finalisez un album entier et pour peu que vous touchiez au mastering, les disques de plusieurs gigas deviennent rapidement indispensables.

Le rôle de Zap est donc de compacter les fichiers en leur appliquant des algorithmes permettant de réduire considérablement l’espace occupé des dits fichiers entre 20 et 50 %. Nous l’avons testé sur un fichier AIFF de 60 Mo. Au bout de deux minutes trente environ, nous avons eu droit à un fichier compacté avec l’extension. Zap pesant 45 Mo, soit un gain de 25 %. Sur des fichiers plus petits (de l’ordre de 1 ou 2 Mo), on monte jusqu’à 40 % de réduction, ce qui sur un ensemble de plusieurs centaines d’éléments peut s’avérer effectivement fort utile ! Le décompactage s’opère plus rapidement puisque pour notre fichier volumineux nous avons eu un chrono d’une minute trente ! Pour terminer, signalons que l’on peut utiliser la fonction de « glisser-déposer » pour un fichier sur l’icône de Zap pour compacter dans la foulée.

WaveBurner

Le dernier logiciel (et pas des moindres) proposé dans cette solution « clef en main » est l’excellent soft de mastering WaveBurner, uniquement disponible à l’heure actuelle pour Macintosh.

Il permet, une fois tous vos morceaux enregistrés sur disque dur, de les assembler dans l’ordre en leur affectant crossfade, index, pauses, etc. Tout s’opère de manière intuitive et l’interface graphique, bien que très sobre, offre une souplesse d’utilisation appréciable. Si votre graveur supporte le format CDTEXT, vous pourrez également inclure le nom des différents intervenants (compositeurs, auteurs, interprètes…), le titre de l’album et des morceaux, pour visualiser par la suite sur l’écran du lecteur de CD (une option qui devient de plus en plus fréquente sur les nouveaux lecteurs de salon). Ce logiciel est tellement bien fait que nous reviendrons dessus plus en détail dans un prochain numéro lors d’un banc d’essai, la place nous faisant défaut dans le cadre de cet article.

En conclusion

Il s’agit là d’un produit fort bien réalisé, comprenant un ensemble varié et intéressant de logiciels, couplé à une carte son d’excellente facture. Le prix de l’Audiowerk2 place cette carte pour le débutant souhaitant faire ses premières armes dans le domaine de l’audio, ainsi que pour le musicien plus confirmé, désireux d’augmenter son nombre de pistes. Un investissement judicieux et que l’on ne pourra pas regretter…

Fiche technique
Niveau : Débutant
Prix : 2 500 F environ/381 € environ
Configuration PC : Pentium 100 PCI, 32 Mo de RAM, Windows 95/98/NT4
Configuration Mac : Tout Macintosh PCI, 32 Mo de RAM, système 7, lecteur CD-ROM
Distributeur : IML

Le bundle Audiowerk2 que propose Emagic comprend les éléments suivants :
➢ Une carte PCI Audiowerk2 (Mac/PC)
➢ Un CD-Rom comprenant les logiciels : MicroLogic AW2 (Mac), Logic Audio Composer (PC), WaveBurner AW2 (Mac), ZAP (Mac/PC) et les drivers (Mac/PC)
➢ Un cordon stéréo en cinch (RCA)

Les spécifications techniques de la carte Emagic sont les suivantes :
➢ Carte : PCI, 7 pouces
➢ Technologie : 32 bits
➢ Enregistrement : 2 canaux
➢ Lecture : 4 canaux (2 analogiques, 2 numériques)
➢ Connecteurs : RCA
➢ Dynamique : 92 dB
➢ Réponse en fréquence : 20 Hz à 20 kHz, ± 0,5 dB
➢ Entrée/sortie numérique : S/PDIF
➢ Format audio numérique : 44,1 kHz

Plus
• Facilité d’installation
• Compatibilité Mac et PC
• Qualité audio
• Prix abordable

Moins
• Documentation papier un peu succincte
• Version du logiciel Logic un peu limitée
• Pas de version WaveBurner pour PC

Article réalisé par Ludovic Gombert en octobre 1999 pour le magazine Computer Music n°4

Back to Top