Korg iX300

UNE WORKSTATION QUI A DU STYLE

Pendant longtemps, les synthétiseurs et arrangeurs ont fait bande à part. D'un côté, il y avait la création pure de sonorités et de l'autre, le plaisir de jouer "live" avec des multitudes d'accompagnements à portée de doigts. Dorénavant, les deux systèmes cohabitent sous un même toit ; pour preuve, le clavier Korg iX300.

La principale qualité du iX300 est bien entendu sa partie arrangeur. Reprenant le principe du i5S - avec au passage ses meilleurs accompagnements -, le nouveau clavier Korg, au design fort réussi et largement inspiré de la serre "N", nous propose 128 arrangements différents et variés en ROM, répartis en deux banques, qui couvrent quasiment toutes les tendances musicales actuelles et passées.

Nous décernerons une mention spéciale pour les rythmes latins vraiment accrocheurs et un coup de cœur pour l'accompagnement "Gipsy 1" - idéal pour immortaliser ,Jobi Joba", mais sans la roulotte ! De plus, 64 emplacements utilisateurs en RAM sont disponibles pour accueillir vos chef-d'œuvres ou tout simplement charger des arrangements externes via le lecteur de disquettes intégré (3 ” 1/2, 2DD et 2HD MS-DOS). A titre de comparaison, le iX300 possède 104 styles en ROM, alors que le i5S n'en avait que 72.

Comme d'habitude, pour chaque accompagnement, on dispose de deux intros, quatre variations, deux fill-in et de deux fins, permettant d'agrémenter le rythme en cours de jeu. Chaque arrangement se compose de six pistes: batterie, percu, basse et trois accompagnements. Sur celles-ci, viennent se greffer en temps réel une partie main gauche et une partie solo. Voilà de quoi donner du "punch" à vos compositions, d'autant que le iX300 est équipé d'un clavier 61 notes, sensible à la vélocité et l'aftertouch.

Y'a de la séquence dans l'air

Les petites faiblesses du i5S au niveau du séquenceur ont ici été gommées. Il est dorénavant possible de modifier tous les paramètres d'un morceau chargé dans le mode Song Edit par l'intermédiaire de l'éditeur d'événements. Vous pourrez ainsi agir sur les valeurs de notes, d'aftertouch, de pitch bend, de contrôles ou encore de changements de programmes. Ensuite, il suffit de sauvegarder sur disquette la nouvelle version du morceau.

Toujours présent, le mode Song Play permet la reproduction de morceaux se trouvant sur disquette, dont notamment les séquences au standard MIDI File. Le iX300 étant compatible General MIDI, il lit sans problème toutes les banques de séquences du marché à ce standard. Essais à l'appui sur plusieurs titres, le clavier Korg s'en tire avec tous les honneurs : une restitution sonore parfaite et une analyse des paramètres effets/contrôleurs plus que satisfaisante. Il enregistre aussi bien qu'il lit grâce à un séquenceur inter-ne de seize pistes d'une capacité d'environ 40 000 événements, où toute modification est bien sûr possible ultérieurement dans l'éditeur d'événements déjà cité plus haut.

Demandez le Program !

L’autre atout majeur du iX300, hormis sa section d'arrangements, réside dans ses possibilités d'édition sonore à la manière des claviers N 264/364. Enfin, on peut vraiment agir sur un son pour le " bidouiller" dans ses moindres oscillateurs. Tout d'abord, le iX300 offre 320 sonorités de base en ROM (soit 14 Mo de PCM au lieu de 6 Mo sur le 15S) et 64 emplacements utilisateur. Les presets se répartissent ainsi : 128 sons GM (banques A et B) et 192 autres d'usine (banques C, D et E). Notons au passage la présence d'un magnifique piano stéréo de 4 Mo en banque D.

Comme sur tout synthétiseur qui se respecte, on trouve dans le clavier Korg, tous les menus nécessaires à la création ou la modification d’un son. Cela passe par le réglage des oscillateurs (1 ou 2), l'affectation d'un échantillon à l'oscillateur, le réglage du volume et de l'enveloppe, la programmation du filtre ou encore le choix du panoramique et de l'effet. A propos de ce dernier, l'iX300 est pourvu de deux processeurs d’effets indépendants auxquels vous pourrez affecter l'un des 47 types d'effets disponibles dont les traditionnels réverbes, chorus, délai ou bien distorsion, enhancer et égaliseur paramétrique.

Le mot de la fin

S'il est vrai que le iX300 se destine plus à l'utilisateur confirmé, voire pro ou semi/pro, son prix en revanche ne reflète pas ceux généralement rencontrés lorsqu'on parle de matériel professionnel. Pour l'acquérir, il vous faudra débourser 1 522,97 Euros, ce qui est plus que correct, car pour cette somme, vous disposerez d'un puissant arrangeur, d'un séquenceur de bonne facture et d'un module sonore entièrement éditable.

Sachant de plus qu'il est compatible avec la série "i", les N 264/364 et X2/3, que le manuel d'utilisation en français est facile à lire et que l'on peut lui adjoindre trois pédales en option, ne résistez surtout pas à votre envie soudaine de l'essayer !

Test réalisé en septembre 1997 par Ludovic Gombert pour le magazine Keyboards (n°113)

Back to Top