Korg X5

LA PUISSANCE À PRIX RÉDUIT

Il existait la version rack : le 05 R/W, voici la version clavier. Avec le M1, synthétiseur le plus vendu au monde, Korg donnait naissance à de nouvelles sonorités. Destinés à lui succéder, les X2/X3 se sont vite imposés parmi les musiciens et le X5 a tout pour suivre leurs traces.

Avec la série 0 1/W, Korg a inauguré le système de synthèse AI qui s'est développé par la suite avec les modèles X2/X3 et i2/i3, machines qui ont fait leurs preuves. C'est cette même technologie que l'on retrouve dans le clavier X5 ; autant dire tout de suite que la qualité sonore est fidèle au rendez-vous.

Il tient dans la main...

... ou presque ! Ce n'est sûrement pas ses 4,5 kg qui vous empêcheront de l'emporter partout avec vous, ayant ainsi à disposition un moyen d'assouvir à tous moments vos pulsions musicales. Comme le dit fort justement un proverbe célèbre : "l'habit ne fait pas le moine". Cet adage s'applique admirablement bien au nouveau synthétiseur Korg. Sous ses airs sobres et sa petite taille, celui-ci se révèle d'une étonnante puissance alliée à une utilisation simple et efficace.

La comparaison avec le Ml est plus décelable sur le X5 que sur les autres modèles de la série. Certes, le nouveau clavier Korg n'est pas un M1 bis, cependant certains aspects du X5 ne sont pas sans rappeler cette machine dont le son de piano ou de guitare acoustique hantent toujours les productions musicales anglosaxonnes et françaises. Digne héritier du X3 dont il reprend une partie de la banque sonore, il se caractérise par une prise en main rapide associée à une multitude de petites choses qui en font un outil de travail remarquable.

Avec ce clavier, la marque nippone remet au goût du jour les boutons genre "smarties" chers au M1, qui permettent de sélectionner et de se déplacer à l'intérieur des différents modes d'utilisation du X5. Le message d'açcueil de l'écran LCD souhaite la bienvenue en plusieurs langues. Gadget sympathique, inutile et original, alors qu'il aurait été préférable d'élargir cet écran pour une meilleure vue d'ensemble, notamment en mode d'édition. Ceci dit, il faut bien reconnaître que pour le prix de l'engin (je le réserve pour le suspens final), certaines concessions étaient obligatoires pour ne pas alourdir les coûts de fabrication, d'où l'absence de séquenceur interne et de lecteur de disquettes.
Le X5 est équipé d'un clavier de 61 touches sensibles à la vélocité et de deux molettes (pitch bend et modulation). En revanche, le clavier ne reconnaît pas l'aftertouch, mais en rusant bien, vous pouvez utiliser la molette de modulation pour appliquer cet effet ou vous servir d'un séquenceur externe pour envoyer des messages adéquats.

Les caractéristiques

L’engin possède trois modes de restitution sonore permettant d'utiliser les 340 formes d'ondes multi-sons et les 164 échantillons de percussions stockés dans les 6 Mo de mémoire morte de la machine. Ces trois modes sont composés par deux types de sons : les programmes et les combinaisons. En mode Programme, le X5 propose deux banques de sons : A et G. La première comprend 100 sons que vous pouvez modifier, effacer, déplacer et qui couvrent une vaste palette sonore. On retrouve les fabuleuses guitares électriques et distorsions du i2 tandis que vous croisez çà et là un shakuhachi qui n'a rien à envier au générique d'Ushuaïa ou aux sons de synthèse dans la plus pure tradition Vangelisienne. Bref, les sonorités sont variées et de très bonne qualité.

La seconde banque est spécialement dédiée au General MIDI et comprend les 128 sons standards ainsi que 8 drums kits ; par contre, vous ne pourrez pas la modifier. La qualité des échantillons est excellente. Pour réaliser ce test, pas moins de 30 séquences au format GM ont été jouées avec le X5. Le résultat obtenu est satisfaisant et la compatibilité sonore GM tient bien la route.

En mode Combinaison, vous disposez d'une banque de 100 sonorités. Chacune d'entre elles est constituée de plusieurs programmes assignés chacun à un timbre et ce, jusqu'à un maximum de huit programmes. Ils peuvent être combinés de plusieurs façons : en les superposant (layer), en partageant le clavier avec des zones comportant des programmes différents (split) ou en superposant des programmes qui se déclencheront en fonction d'une vélocité réglée (VSW). Editable et permettant ainsi de stocker les nouveaux sons dans les 100 emplacements de la banque, ce mode est bien souvent utilisé sur scène puisqu'il permet d'affecter plusieurs sons différents à des parties distinctes du clavier et de réduire ainsi le nombre de claviers utilisés, ou bien d'obtenir de puissants sons grâce à l'empilement des programmes.

Le troisième mode offert par le X5 (Multi) concerne l'utilisation de la machine pour un jeu multitimbral. Vous aurez alors à disposition 16 canaux MIDI permettant la lecture de séquences GM (banque programme G), ainsi que la possibilité d'utiliser les sons de la banque A. La sélection s'effectue sur chaque piste tandis que la reconnaissance des changements de programmes envoyés par un séquenceur externe s'opère dans le mode Global, menu dans lequel apparaissent les réglages généraux propres à l'instrument (transposition, accordage général, filtres MIDI, assignations des pédales et des drums kits, transmission de messages exclusifs, etc.).

Effets et interface ordinateur

Le X5 intègre deux processeurs multieffets numériques produisant chacun un effet à choisir parmi les 47 différents algorithmes disponibles. Les paramètres sont éditables et peuvent être stockés avec les programmes et combinaisons. Un rappel au passage: lorsque vous utilisez une combinaison, les programmes contenus dans celle-ci n'utilisent pas leurs propres réglages d'effets mais ceux de la combinaison. Il en va de même pour le mode Multi, où les différents programmes présents utilisent les réglages d'effets de ce mode. A noter que ces effets se répartissent en trois groupes et que l'un de ces groupes permet d'utiliser quatre effets indépendants simultanément.

L’autre bonne surprise, c'est la possibilité de connecter le X5 directement à un ordinateur Macintosh ou PC par l'intermédiaire d'un simple câble reliant la prise "TO HOST" située sur le panneau arrière de la machine à l'ordinateur. De plus, en installant le Driver MIDI Korg sur votre ordinateur, vous pouvez bénéficier sur les séquenceurs qui reconnaissent l'Apple MIDI Manager d'une sortie MIDI séparée pour le X5 et le port de sortie MIDI. Une petite parenthèse pour signaler à tous les utilisateurs de Mac qu'il existe un programme permettant de convertir les séquences MIDI File MS-DOS au format Macintosh, c'est MIDI File Translator.

En conclusion

Korg, une fois de plus, nous livre un produit pensé et conçu pour le musicien. Pour un prix extrêmement compétitif (1 065 €), le X5 offre des sonorités de qualité renforcées par deux processeurs d'effets puissants, une compatibilité General MIDI de grande classe, une interface ordinateur ingénieuse, le tout dans un clavier que l’on peut transporter facilement. A ce prix là, il serait dommage de s’en priver.

Test réalisé en février 1995 par Ludovic Gombert pour le magazine Keyboards (n°85)

Back to Top