LAG Le Key

Dans les années quatre-vingt, les claviers de commande MIDI portables étaient très à la mode. Est-ce la nostalgie musicale de cette époque qui fait que l’on retrouve de nouveau ce genre de produit ? Gros plan sur Le Key…

Avec un design très élégant et une réalisation du corps en bois massif, Le Key de chez Lag est un clavier de contrôle MIDI agréable à utiliser. Son utilisation est évidemment scénique et son look ne vous fera pas passer inaperçu. En dehors de ces considérations purement esthétiques, qu’en est-il réellement de cet instrument ?

Total control

Le but d’un clavier de commande est bien sûr de pouvoir piloter n’importe quelle source MIDI (synthétiseur, expandeur, boîte à rythmes, etc.) en agissant sur différents contrôles (volume, pitch, modulation, sustain…). Ça nous sommes tous d’accord là-dessus. Pour un clavier portable, il faut en plus inclure une notion de rapidité d’action et de facilité de mouvement pour obtenir un résultat optimum dans un jeu en temps réel.

Il faut donc que l’appareil soit simple à utiliser et qu’il possède un maximum de contrôles pour jouer sur tous les registres. Le Key fait partie de cette catégorie. Avec ses 3 kg, il ne pèsera pas lourd sur vos épaules. Son clavier 37 touches, sensible à la vélocité (et signé Fatar, un grand nom des claviers maîtres) est agréable au toucher et répond correctement à la vélocité.

L’alimentation du Key se fait au moyen d’un module externe que l’on branche sur secteur. Celui-ci comporte trois prises : une servant à alimenter le clavier et deux autres pour le MIDI (In et Out). Les déplacements restent donc limités à la longueur du cordon d’alimentation, à moins que l’on choisisse l’option HF « sans fil », au prix de 3 500 F.

Change pas de main

Tous les contrôles se font de la main gauche, à partir du manche de l ‘appareil. On y trouve trois zones tactiles sensibles à la pression et au déplacement, à la manière des rubans des vieux synthés analogiques, ainsi que deux boutons. Vous pourrez facilement leur assigner des contrôles de pitch, de modulation ou bien d’aftertouch (puisque le clavier n’y est pas sensible).

Une petite période d’acclimatation est nécessaire pour avoir le clavier vraiment en main, mais au bout d’une heure de jeu, on acquiert déjà les bases et le reste demeure juste une façon de coordonner ses mouvements de la main gauche. C’est une autre approche que la guitare, c’est une autre manière d’utiliser un clavier maître mais au final, on peut obtenir une manière de jouer totalement nouvelle. L’idéal se ressent bien sûr sur des sons de guitare, de basse ou de chorus synthétiques.

Le Key possède quelques 128 mémoires utilisateurs contenant chacun tous les contrôle, tempo, etc.). De quoi créer un set complet pour un concert ! Un afficheur à LED sur le manche indique clairement les différents modes dans lesquels le clavier se trouve et un bouton rotatif permet de faire varier le volume MIDI d’un son.

Conclusion

Il s’agit là donc d’un clavier performant, dont le maître mot est expression. Il comblera tous les mordus de scène voulant sortir de derrière leurs racks de synthés et expandeurs.


Plus
Les nombreux contrôles au manche
La maniabilité
La mise à jour système téléchargeable

Moins
Un prix un peu élevé surtout si l’on rajoute l’option HF
Clavier non sensible à l’aftertouch

Niveau : confirmé
Manuel d’utilisation : moyen
Prix : 1 525 € environ
Distributeur : Music Connection

Article réalisé en décembre 1999 par Ludovic Gombert pour le magazine Computer Music n° 6

Back to Top