Roland XP-30 & XP-60

La firme japonaise, toujours égale à elle-même dans la qualité, nous livre sa série XP, composée de claviers à vocation Workstation. Un point s’imposait donc sur ces machines…

Soyons clairs : ceux qui adorent le son Roland ne seront certainement pas déçus par ces deux claviers. Les néophytes, quant à eux, pourront faire leurs premières armes dessus tant ces synthétiseurs sont faciles d’accès et sonnent bien, merveilleusement bien.

Après une telle entrée en matière, il serait bon d’aller plus avant pour argumenter et étayer notre enthousiasme. Certes, Roland n’en est plus à son coup d’essai et depuis le temps, les machines se succèdent pour le plus grand bonheur des utilisateurs (SH, Juno, MKS, D-50, JD-800, JV, etc.). Si la série XP n’apporte pas de véritable révolution, elle demeure donc dans la tradition inaugurée il y a quelques années déjà par les expandeurs JV-1080 et JV-2080 : possibilité d’ajouter des cartes son optionnelles (parmi la douzaine du marché) et une polyphonie intéressante de 64 voies.

La série se divise en trois appareils : XP-30, XP-60 et XP-80, ces deux derniers se différenciant uniquement au niveau de la dimension de leur clavier. En revanche, entre le XP-30 et le XP-60, la différence réside dans le fait que le premier incorpore d’origine un stock imposant de sonorités et deux emplacements pour des cartes son, tandis que le XP-60, légèrement plus modeste en sons, intègre un puissant séquenceur, ainsi que 4 emplacements pour cartes, un lecteur de disquettes et quelques caractéristiques supplémentaires. Bref, avec le XP-60, ils couvrent largement l’étendue des utilisateurs de tout poil : du débutant au professionnel.

XP-60

D’un design classique, le XP-60 est un clavier 61 touches (vélocité + aftertouch) d’un faible encombrement, notamment lorsque l’on connaît l’étendue de ses possibilités. Sur la gauche de l’appareil, le lecteur de disquettes est pratique d’accès, tandis que les trois potentiomètres (volume général et deux contrôleurs assignables) se joignent à la traditionnelle molette de pitch bend/modulation.

Au centre, un écran LCD de taille raisonnable permet de visualiser la navigation entre les différentes fonctions, grâce à des curseurs et des touches de fonctions. A sa droite, une molette de données permet de rapidement passer à travers les valeurs. A ce sujet, quand est-ce qu’un constructeur aura la bonne idée de disposer une molette similaire pas loin du pitch, c’est-à-dire à gauche ? Quand on fait défiler les sons sur un synthétiseur avec une touche à droite et que l’on joue avec sa main droite, elle fait un va-et-vient plutôt pénible… Cet aparté en saute d’humeur passé, venons-en aux spécifications de la bête.

Patch, Perform & Rythm

Ce qui fait la force du XP-60 est sans conteste le son. Celui-ci est présent dans l’appareil sous trois catégories bien distinctes : les Patches (un son unique), les Performances (utilisation du synthétiseur en mode multitimbral) et les Rythmes (kits de batterie, répartis sur tout le clavier).

Les Patches représentent l’interprétation normale sur un XP-60, c’est-à-dire un son au maximum des capacités de l’appareil. Ce dernier en propose 640, regroupés en cinq groupes : utilisateur, presets A, B, C et GM composé chacun de 128 sons. Si l’on rajoute les quatre cartes optionnelles dans la machine, le total peut monter jusqu’à 1 660 Patches. Pas mal du tout ! De base, vous avez donc 384 Patches préprogrammés non effaçables, 128 autres dédiés au General MIDI, également non effaçables, et enfin, 128 Patches utilisateurs avec lesquels vous pouvez stocker tous vos délires sonores.

La qualité des sons est vraiment excellente. L’écoute au casque ne laisse passer quasiment aucun souffle (un tout petit peu plus avec le XP-30). Les sons sont chauds et dynamiques et la vélocité ou l’aftertouch sont facilement excitables… La palette sonore est largement couverte et l’on trouve tout ce que l’on veut, des violons aux cuivres, jusqu’à des bruits bizarres pour lesquels on se demande comment les utiliser dans un morceau. Les pianos sont de très bonne facture et les cordes, comme bien souvent chez Roland, merveilleuses (aussi intéressantes que celles des sampleurs S-770, pour les connaisseurs…).

Petit point faible tout de même sur les saxophones, peu réalistes à mon goût et quelques basses slap, un peu « bof-bof ». Les nappes sont quant à elles amples et leurs tessitures très larges. Les voix sont légères avec un Release en général bien programmé.

Les Performances sont utilisées pour un jeu en multi-timbralité, c’est-à-dire que l’on peut jouer simultanément jusqu’à 16 sons différents. Dans ce cas-là, on ne parle plus de Patches, mais de Tones (un Patch étant composé de plusieurs Tones, la plus petite unité de son). Au point de vue des sonorités des percussions, pas de grande nouveauté, ni de sons à tomber par terre. Ça sonne, point ! On trouve à ce sujet 8 kits de batterie préprogrammés et deux utilisateur. De quoi travailler dans de bonnes conditions.

Edition de sons

L’édition de sons est bien souvent (voire toujours) l’aspect le plus rébarbatif et difficile d’un synthétiseur. Et ce modèle n’apporte pas de solution radicale à ce travail. Cela demande toujours un peu de connaissance, un peu de patience et la lecture du manuel d’utilisation.

Cependant, au final, la richesse des échantillons en mémoire ou sur les cartes d’extension permet vraiment des possibilités intéressantes. On peut obtenir des résultats satisfaisants en très peu de temps, en déformant un son original ou bien tout simplement pour modifier légèrement un son d’usine et lui donner un peu plus d’attaque, altérer un de ses effets (dans ce cas, les manipulations d’édition sont bien plus rapides).

Séquenceur

Un autre aspect intéressant du XP-60 est son séquenceur. Il s’avère bien pratique pour l’emporter avec vous (sur scène ou autre) et permet ainsi d’avoir à portée de main un outil confortable pour éditer vos morceaux. Le séquenceur autorise jusqu’à 16 pistes par morceau, avec un seul morceau en mémoire interne (c’est un peu court, jeune homme…), pour une capacité d’environ 60 000 notes. L’enregistrement se fait soit en pas à pas, soit en temps réel. Ensuite, une édition poussée est possible : fusion de pistes, modification de dynamique, transposition de hauteur de notes, suppression, etc.

Une fois votre morceau terminé, vous pouvez bien sûr le sauvegarder sur disquettes ou le recharger plus tard. De même, vous pouvez lire les séquences MIDI (format 0 et 1) et celles qui sont en provenance des séquenceurs MRC Pro et S-MRC.

Contrôle en temps réel

Quatre potentiomètres, présents dans la Sound Palette, permettent un jeu en temps réel sur différents paramètres d’un son (filtre et enveloppe), Cutoff, résonance, attaque, déclin…Un point essentiel pour la Dance music et pourquoi pas d’autres styles de musique ! Toute action sur ces curseurs est bien évidemment transmise en MIDI. De plus, on peut également utiliser ces potentiomètres pour influencer le volume de chaque Tone, en commutant sur la touche Level, au-dessus des quatre curseurs. Pratique !

XP-30

Prenez un XP-60, enlevez-lui le séquenceur, le lecteur de disquettes, deux emplacements pour cartes d’extension, deux potentiomètres de contrôle, dotez-le d’un écran plus petit et d’une seule sortie audio, vous aurez grosso modo le XP-30. Néanmoins, il ne faudrait pas penser qu’il s’agit là d’une version complètement allégée, car ce synthétiseur intègre tout de même 1406 Patches d’origine, soit 64 Mo de formes d’ondes.

Oui, oui, vous avez bien lu, il y a 1406 Patches dont 640 sont issus du JV-2080 et 766 cartes Sessions, Orchestral et Techno Collection. Il contient également 64 Performances et 26 kits de batterie (dont 10 sont repris du JV-2080, les 16 autres provenant des cartes Session et Techno Collection). On sent bien d’ailleurs la Techno Collection puisque le XP-30 fourmille de sons techno et de boucles en tout genre. Ces dernières sont d’ailleurs de très bonne qualité.

Cerise sur le gâteau, on trouve avec le XP-30 un CD-Rom (Mac/PC) contenant une version light de l’éditeur SounDiver de chez Emagic, spécialement dédié aux XP-30 et à l’expandeur JV-1010. Comme le synthétiseur est directement connectable à un ordinateur via sa sortie To Host, il devient facile d’éditer ses sons avec son PC ou Mac. Un bon point signé Roland !

En conclusion

Si l’on est débutant, le XP-30 sera un clavier très intéressant, offrant une large palette de sons, extensible et connectable directement à un ordinateur, pour un prix en dessous de la barre des 10 000 F. Les plus confirmés et professionnels devraient être séduits par le XP-60 ou XP-80, Workstations abordables dont la qualité sonore est certainement un atout majeur. Les possesseurs de JV-2080 ne seront pas non plus dépaysés par ces appareils dans lesquels ils retrouveront des couleurs sonores familières. En gros, on a vraiment beaucoup aimé ces synthétiseurs. Allez vite les écouter !

 

Roland XP-80 : Le haut de gamme
Dans la famille XP, on trouve également le modèle XP-80, le haut de gamme de la série. Ce dernier possède 76 touches sensibles à la vélocité et l’aftertouch. Hormis ce point de détail, il affiche une similitude totale au niveau des caractéristiques avec le XP-60. Il peut s’avérer un choix judicieux pour jouer avec une étendue de clavier plus large, qui permet notamment d’obtenir des sons graves très intéressants sur les basses ou les pianos. Son prix est de 13 100 F. environ/2000 €. (Dimensions : 123,8 (L) x 34,9 (P) x 10,7 (H) cm, poids : 12,9 kg).

niveau :
XP-30 : débutant
XP-60 : confirmé
manuel d’utilisation : bon
prix :
XP-30 : 9 200 F. environ/1 400 € environ
XP-60 : 10 200 F. environ/1 550 € environ
distributeur : Roland France

XP-30 XP-60
Les Plus

La qualité des sons La qualité des sons
L’éditeur SounDiver (Mac/PC) Les nombreuses extensions
La polyphonie de 64 voies La polyphonie de 64 voies
Les contrôleurs temps réel Les contrôleurs temps réel

Les Moins
Une seule sortie audio Ben là, j’vois pas…
L’écran un peu juste
Pas de lecteur de disquettes

Caractéristiques techniques
XP-30
Clavier : 61 touches sensibles à la vélocité et à l’aftertouch
Ecran : LCD rétro-éclairé de 40 caractères x 2 lignes
Section synthétiseur :
Multitimbralité : 16 pistes
Polyphonie : 64 voies
Effets : EFX (40 types), réverbe (1 de 8 types) et chorus (1)
Mémoire preset : 1406 Patches, 64 Performances et 26 kits de batterie
Mémoire utilisateur : 128 Patches, 32 Performances et 2 kits de batterie
Extensions carte son : 2 emplacements
Arpégiateur : 43 styles
Connectique :
MIDI : In, Out, Thru
Sortie audio : stéréo en jacks 6,35
Casque : sortie jack stéréo 6,35
Pédale de sustain : 1 entrée
Pédale de contrôle : 1 entrée
Connexion informatique : prise TO HOST (Mac, PC1/2, MIDI)
Carte mémoire : 1 slot pour carte SmartMedia (S2M-S ou S4M-S)
Autre :
Options : cartes d’extensions de la série SR-JV80
Dimensions : 101,1 (L) x 28,9 (P) x 8,8 (H) cm
Poids : 7,8 kg

XP -60
Clavier : 61 touches sensibles à la vélocité et l’aftertouch
Ecran : LCD rétro-éclairé de 320 x 80 points
Section synthétiseur :
Multitimbralité : 16 pistes
Polyphonie : 64 voies
Mémoire preset : 512 Patches, 64 Performances et 8 kits de batterie
Mémoire utilisateur : 128 Patches, 32 Performances et 2 kits de batterie
Effets : EFX (40 types), réverbe (1 de 8 types) et chorus (1)
Extension cartes son : 4 emplacements
Section Séquenceur :
Pistes ordinaires : 16
Piste de Patterns : 1
Piste de tempo : 1
Mémoire interne : 60 000 notes ( 1 morceau)
Résolution : 96 clics par noire
Enregistrement : temps réel ou pas à pas
Lecteur de disquettes : 3,5 “ de 720 Ko ou 1,44 Mo
Fichiers chargeables : MRC Pro, MIDI Files (format 0 et 1), S-MRC, données de son
Fichiers sauvegardables : MRC Pro, MIDI File (format O et 1), données de son
Connectique :
MIDI : In, Out, Thru
Sortie audio : 2 stéréo (direct et mix) en jacks 6,35
Casque : sortie jack stéréo 6,35
Click métronome : sortie jack mono 6,35 + réglage du volume
Pédale de sustain : 1 entrée
Pédale de contrôle : 4 entrées
Autre :
Options : cartes d’extension de la série SR-JV80
Dimensions : 102,8 (L) x 34,9 (P) x 10,7 (H) cm
Poids : 10,7 kg

Article réalisé par Ludovic Gombert en novembre 1999 pour le magazine Computer Music n° 5

Back to Top