BLAKE ET MORTIMER - Les Dessins Animés

Rares sont les séries de Bande Dessinée à bénéficier d’une transposition pour le petit écran sous forme de dessins animés. On pense bien sûr à Tintin, précurseur dans le domaine et c’est tout naturellement qu’en 1997 débarque Blake et Mortimer, une réalisation française de la société Ellipse Animation.

A l’origine, la société Ellipse Production est un studio d'animation créé en 1987 par le Groupe Canal+. Cette structure créé l’événement en 1991 en adaptant à la télévision tous les albums de la série Tintin. Jusque là, seuls quelques aventures du héros d’Hergé avaient eu les honneur du dessin animé dans les années 60.

Avec Philippe Gildas comme Producteur Délégué, le dessin animé débarque sur les écran de télévision de FR3 (depuis rebaptisée France 3) dès le mois de mai 1992, avec une diffusion en prime-time et un budget conséquent pour la réalisation de ce chantier : 100 millions de francs. Le succès est immédiat, aussi bien critique que public.

La société continue sur sa lancé et change plusieurs fois de noms : Studio Ellipse, Ellipse Animation pour dorénavant s’appeler Ellipsanime. En juillet 2003, Ellipse Animation est racheté par le groupe Dargaud. Elle va créer de très nombreux dessins animés qui raviront aussi bien les petits que les plus grands : Babar, la Famille Pirate, Corto Maltese, Le Manège Enchanté, Léonard, Bob Morane, Bécassine, etc.

L’aventure Blake et Mortimer

Mais c’est en 1997 que Ellipse Animation et Dargaud Films créent l'évènement en adaptant pour la télévision les célèbres aventures de Blake et Mortimer. La diffusion de la série sur Canal+ en avril 97 se prolongera jusqu'en 2006 sur les écrans français, successivement sur France 3 et sur M6. Au Québec, la série sera diffusée sur Super Écran, puis sur Télétoon

Cette série télévisée d'animation est une coproduction franco-canadienne en 26 épisodes de 26 minutes chacun. Les albums en deux tomes comptent pour une seule aventure en dessin animé. Elle se base sur les albums d'Edgar P. Jacobs, ainsi que l'Affaire Francis Blake de Jean Van Hamme et Ted Benoit, album phare de l'année 96.

La transposition des albums se prête particulièrement bien aux dessins animés car tous les ingrédients sont au rendez-vous pour séduire les téléspectateurs jeunes ou moins jeunes : intrigues policières sur fond de fantastique et scientifique, esprit d'aventure, voyages à travers le monde, sur terre ou sous les mers, dans l'espace et même dans le temps ; sens du devoir et de l'amitié en toutes circonstances... et surtout contre l'ennemi juré de Blake et Mortimer dans toutes leurs aventures : le Colonel Olrik!

L’esprit Blake et Mortimer

Mais pour arriver à ce résultat, il a fallu parfois faire quelques entorses aux scénarios originaux de Jacobs en supprimant des passages, en ajoutant d’autres ou en modifiant des séquences. Si dans l’ensemble, l’esprit de la série a été bien respectée, certaines transformations ont pu choquer les fans de la première heure de la série (voir à cet effet notre encadré « Respect de l’œuvre et libre interprétation »).

Autre modification, les célèbres expressions très Jacobsiennes telles que « By jove », « Damned » et autres « Devil ! » ne sont guère présentes et Mortimer possède un leitmotiv très écossais : « Par les saintes culottes de MacGrégor ! ».

Quoiqu’il en soit, le résultat est d’excellente qualité et le succès au rendez-vous. Le format de la série 26 épisodes x 24 minutes constitue aujourd'hui le format le plus répandu à l'échelle internationale, dans le domaine des séries d'animation. Cette série, dont le budget a représenté 56 millions de francs, connaît également un succès au-delà des frontières françaises.

Côté technique

La réalisation de la série fut confiée à Stéphane Bernasconi (qui avait déjà œuvré sur Les Aventures de Tintin) et Yannick Barbaud. La musique fut créée à Jean-Claude Deblais et Loran Romain qui ont su apporter une atmosphère propre et donner une touche à la fois de mystère et d’aventure.

Pour les voix des personnages, des pointures du doublages furent enrôlées comme Robert Guilmard pour Blake (une des voix de Georges Clooney et Richard Gere), Michel Papineschi pour Mortimer (voix de Robin Williams, Gary Oldman, Tim Allen) et Mario Santini pour le Colonel Olrik (une des voix de Dustin Hoffman). Certains faisaient d’ailleurs plusieurs personnages dans les différents épisodes comme par exemple Hervé Bellon : Dr Septimus et Sato.

Une vie après la TV

Fort du succès de la série, elle fut rapidement éditée et distribuée via la société Citel Vidéo (filiale de Dargaud) d’abord en cassettes vidéo VHS, puis en DVD. Plusieurs ré-éditions virent le jour, parfois avec des DVD proposant 2 épisodes. Tous les épisodes furent édités et en 2006 un coffret comprenant 4 DVD sortie. Il reprenait toutes les aventures (du Secret de l’Espadon à L’Affaire Francis Blake) sauf les quatre inédites, mais proposait en plus un bonus très intéressant : « E. P. Jacobs Le Baryton du 9e Art », un documentaire retraçant la vie et les influences multiples de Jacobs, avec de nombreux témoignages (y compris Jacobs) et documents. Un must !

L’interface graphique des DVD a été très bien pensé. Le menu avant d’arriver au choix des épisodes est réalisé en image de synthèse 3D et l’on entre dans une pyramide, où l’on parcoure des couloir en découvrant des objets issus des épisodes : un robot policier, un espadon, des astronefs avnat d’arriver à un chronoscaphe.

À ce jour plus de 700 000 cassettes et DVD ont été vendu… Un succès aussi bien littéraire qu’audiovisuel.



ZOOM SUR...
LES AVENTURES INÉDITES
En plus des 9 aventures de Blake et Mortimer (du Secret de l’Espadon à L’Affaire Francis Blake), quatre histoires originales ont été créées au sein du Studio Ellipse. De nombreuses surprises sont au rendez-vous comme l’intervention de femmes aux côtés des deux héros de la série. Les titres des épisodes conservent la « charte Jacobsienne » à savoir une part de mystère et d’étrange…
• L'héritage Du Viking
Scénario de Russel Craig Richardson - 45 minutes.
Olrik veut s'emparer des secrets géothermiques d'une grande physicienne islandaise. Mais Blake et Mortimer veillent et engagent contre leur ennemi de toujours une lutte sans merci. Le retour à la vie d'un illustre ancêtre viking de la savante permettra d'empêcher la destruction de l'île, comme le prédisaient pourtant les légendes.

• Le Testament De L'alchimiste
Scénario de Éric Rondeaux - 45 minutes.
Mortimer retrouve à Prague le Docteur Katarina Jiroslav, la fille d'un de ses anciens amis qui vient de décéder. Elle hérite d'une des trois parties du grand livre de Nicolas Flamel qui, selon la légende, contiendrait le secret de la pierre philosophale. Mais Olrik est également sur la piste d'une des trois parties du Livre. Pourra-t-il accéder au secret de l'immortalité ?

• Le Secret De L'île De Pâques
Scénario de Véronique Hairbaut - 43 minutes.
Olrik est en possession d'un casque aux pouvoirs télépathiques. Blake, sur sa piste, se retrouve sur l’Île de Pâques. Avec la concours de Mortimer, il perce la secret des Moai, ces célèbres statues géantes qui ornent les plages de l'île. En réalité, les statues seraient les copies d'un grand Moai abandonné là par une civilisation extra-terrestre il y a un millier d'années.

• La Porte Du Druide
Scénario de Jean-Christophe Derrien - 43 minutes.
A l'invitation de sa cousine Margarel, Mortimer se rend à Stonehenge pour assister à une éclipse. C'est précisément l'endroit que choisit un forcené escorté par Blake pour se réfugier. Fervent adepte du druidisme, il réussit à ouvrir un passage donnant sur une nouvelle dimension qui va mener Blake et Mortimer dans un monde étrange où s'affrontent la nature et la technologie.


RESPECT DE L’ŒUVRE ET LIBRE INTERPRÉTATION
Si dans la plupart des cas, l’adaptation des albums de Blake et Mortimer en dessin animé reste fidèle (scénario, timing des événements, personnages, dessins…), il n’en demeure pas moins que de nombreux arrangements, suppression ou modifications viennent s’intercaler dans l’histoire. Par exemple, dans Le Mystère de la Grande Pyramide, nous assistons à une course poursuite en tout début de l’histoire entre Sharkey et la police égyptienne. Ensuite, nous retrouvons Blake et Mortimer au Centaur Club (qui n’apparaît dans la BD qu’à partir de La Marque Jaune).
Autre exemple, dans la version animée de La Marque Jaune, on trouve un Mortimer prisonnier et déguisé en Père Noël qui fait une annonce à la télévision. De même, dans S.O.S. Météores, Blake et Mortimer arrivent en France par… avion ! Et débarquent à Orly sous la tempête.

Mais l’exemple le plus frappant pour les « puristes » est certainement sur Le Piège Diabolique. Mortimer arrive tout de suite à la Roche-Guyon et apprend par des policiers que la Bove appartient à Miloch. Bove qui a été léguée aussi bien à Blake que Mortimer. Le Chronoscaphe possède désormais deux sièges, ce qui permettra à Mortimer de ramener du passé Agnès de la Roche et de partir avec elle et Blake dans le futur. Car Blake est également arrivé à la Roche-Guyon et découvre une pièce secrète avec un ordinateur et un écran permettant de suivre en direct ce qui se passe autour du Chronoscaphe, quelque soit l’époque. Et chose encore plus surprenante, Miloch est bel et bien vivant durant cet épisode (et le demeure par la suite).


LA LISTE DES ÉPISODES
D’abord diffusée sur la chaîne cryptée Canal + à partir du 17 avril 1997, la série passe ensuite à partir du 28 juin 1998 sur France 3 dans l'émission Les Minikeums. C’est ensuite au tour de M6 de diffuser la série à partir du 5 septembre 1999 dans l'émission M6 Kids. Chaque aventure était découpée en deux partie, avec une chronologie différente de celle de parution des albums et en terminant avec les quatre aventures inédites, soit un total de 26 épisodes.
01. Le Mystère de la Grande Pyramide [1/2]
02. Le Mystère de la Grande Pyramide [2/2]
03. La Marque Jaune [1/2]
04. La Marque Jaune [2/2]
05. Le Secret de l'Espadon [1/2]
06. Le Secret de l'Espadon [2/2]
07. Le Piège Diabolique [1/2]
08. Le Piège Diabolique [2/2]
09. L'Enigme de l'Atlantide [1/2]
10. L'Enigme de l'Atlantide [2/2]
11. S.O.S. Météores [1/2]
12. S.O.S. Météores [2/2]
13. L'Affaire du collier [1/2]
14. L'Affaire du Collier [2/2]
15. Les 3 Formules du Professeur Sato [1/2]
16. Les 3 Formules du Professeur Sato [2/2]
17. L'Affaire Francis Blake [1/2]
18. L'Affaire Francis Blake [2/2]
19. L'Héritage du Viking [1/2]
20. L'Héritage du Viking [2/2]
21. Le Secret de l'île de Pâques [1/2]
22. Le Secret de l'île de Pâques [2/2]
23. Le Testament de l'Alchimiste [1/2]
24. Le Testament de l'Alchimiste [2/2]
25. La Porte du Druide [1/2]
26. La Porte du Druide [2/2]


LES ÉTAPES D’UNE ANIMATION
La réalisation d’un dessin animé, quel qu’il soit, passe par différentes étapes incontournables. Voici un bref descriptif de chacune d’entre elles. Si de nos jour l’outil informatique permet une utilisation un peu différente, il n’en demeure pas moins qu’en 1997, c’est la technique « traditionnelle » de fabrication d’un dessin animé qui fut utilisée.
1. L’Adaptation
Il s’agit de retranscrire une histoire déjà existante sur papier, en l’adaptant pour le dessin animé qui demande une dynamique plus grande car chaque action doit être détaillée image par image alors qu’une bande dessinée permet au travers des hors textes de résumer ce qui s’est passé dans les cases avant ou entre deux cases. Les auteurs qui travaillent sur la série commencent donc par écrire un synopsis de l’aventure (court résumé) qui sera par la suite développé sous la forme d’un script (scénario complet de l’histoire).

2. Le Story-board
Vient ensuite l’étape du story-board (comme au cinéma), c’est-à-dire un découpage case par case du script, formant ainsi des séquences. Chaque case est dessinée et indique différents éléments : cadrage, personnages, objets, décors, dialogues, ambiance (jour ou nuit). C’est le document de référence auquel toute l’équipe de production se réfèrera durant la fabrication.

3. Réalisation des Décors et des Personnages
Etape importante, le choix des décors et de la recherche graphique des personnages. A partir de documents collectés, en l’occurrence les pays et la vie dans les années 50 pour Blake et Mortimer, une équipe de dessinateurs travaillent sur les ambiances et sur les personnages et les costumes qui apparaîtront dans les dessins animés en réalisant des « modèles» qui une fois validés serviront de base de travail. Ainsi, chaque personnage a une taille déterminée, des costumes, couleurs, attitudes…

4. Le Layout
La layout est tout comme le story-board, une bible du dessin animé. C’est l’étape de transition avant de passer à l’animation car il permet de préparer chaque plan avec le bon cadrage, les expressions des personnages, les mouvements de caméra, les effets et de séparer les différentes niveaux d’animation : décors de fond, overlays et underlays.

5. Le Mouvement
On retrouve ici le principe du cinéma, avec comme base qu’une seconde de film est égale à 24 images photographiées à la suite. Ainsi, le mouvement est donnée par la projection des ces images. Plus un mouvement est décomposé en images et plus ce mouvement donnera l’impression d’être fluide.

6. Le Traçage et le Gouachage
Tous les dessins sont ensuite reportés sur une feuille de plastique transparente appelée celluloïde ou « cellulo », c’est l’action du traçage. Ensuite, on peint au pinceau au dos des cellulos à la gouache afin de les colorier, c’est le gouachage. Enfin, dernière étape, on filme le tout sur un banc-titre, un appareil constitué d’un plan de travail horizontal qui se déplace latéralement, d’une caméra et d’une source de lumière.

7. La Post-Production
Il ne reste plus qu’à enregistrer les voix, bruitages et musiques puis de monter les différentes séquences dans l’ordre, comme indiqué dans le story-board.

Dossier réalisé par Ludovic Gombert en février 2012 pour la collection Blake et Mortimer des fascicules HACHETTE

Back to Top