BLAKE ET MORTIMER - Du côté de chez Jacobs à Lasne...

Lasne, petite commune de la région wallonne située à 30 minutes de Bruxelles, est devenue célèbre grâce à Edgar P. Jacobs. L'artiste y vécu de décembre 1954 jusqu'à sa mort, en février 1987. Ce lieu verra donc passer L'énigme de l'Atlantide, SOS Météores, Le Piège Diabolique, L'affaire du Collier, Les 3 Formules du Professeur Sato T1 et les préparatifs du Tome 2.

Sans oublier bien sûr le Trésor de Tout-Ankh-Amon, la ré-édition du Rayon U et c'est de là qu'il réalisera son Opéra de Papier, puis supervisera les nouvelles couleurs pour ses albums aux Editions Blake et Mortimer.

Ce retrait à la campagne, allié au fait qu'il aimait travailler seul dans son coin, donnera à Jacobs le surnom de "l'ermite du Bois des Pauvres" (en référence au chemin - ou sentier - du Bois des Pauvres, son adresse à Lasne).


© Google Maps

Un lieu chargé d'histoire, qui sera malheureusement vendu juste après sa mort. La maison sera rasée et une nouvelle demeure viendra la remplacer.

Edgar P. Jacobs repose au cimetière de Lasnes, un majestueux sphinx au-dessus de lui, cadeau de ses "proches". La bibliothèque de Lasne porte depuis peu le nom "Bibliothèque Communale Edgar P. Jacobs".


Ci-après, quelques photos pour celles et ceux qui ne pourront faire le déplacement jusqu'à Lasne.


Le cimetière de Lasne, avec l'emplacement dédié à Jacobs : le banc et le sphinx.


Depuis le 17 octobre 2001, Jacobs demeure désormais dans un cercueil en zinc, dans un nouvel emplacement.


Le sphinx, sculpté par Jean Willame.


Le monument a été payé par le studio Jacobs et les Editions Blake et Mortimer en 1988.


"Artiste lyrique, peintre, illustrateur et créateur de la bande dessinée Blake et Mortimer"


Un petit arbre pousse près de l'ancien banc, devenu un peu vieux...


Le nouveau banc qui permet de se recueillir et de rester un moment près "du maître".


La plaque sur le banc (inauguré le 30 mars 2007) a été réalisée par Isabelle Deprez, de la commune de Lasne.


Cliquez sur l'image pour visualiser la visite virtuelle.


La ruelle du Bois des Pauvres - ou plutôt l'impasse - qui menait jusqu'à la maison de Jacobs, au bout du chemin.


Plus que quelques mètres avant d'atteindre le portail...


Le chemin est toujours là, mais plus la maison.... Détruite et remplacée par une nouvelle.


Et l'on fait le chemin inverse pour repartir.


Cliquez sur l'image pour visualiser la visite virtuelle.

Toutes les photos sont © Ludovic Gombert - avril 2008 et novembre 2011
Sources : "L'Enigme Jacobs" - © Philippe Biermé

Back to Top