BLAKE ET MORTIMER - Le Piège Diabolique à la Roche-Guyon


Cliquez  (et maintenez) dans l'image pour naviguer dans la visite virtuelle (ou utilisez les flèches).

Le Piège Diabolique est un album particulier dans l'univers de Blake et Mortimer. Il est le pivot central de la trilogie "française" et suit S.O.S. Météores dont il conserve l'un des méchants : le professeur Miloch Georgevitch qui décide de piéger Mortimer à l'aide d'une machine à voyager dans le temps : le Chronoscaphe. Jacobs empruntera probablement les traits de l'écrivain Arthur Miller afin de dessiner ce personnage, d'ailleurs "Miloch / Miller", les noms ressemblent étrangement.

C'est également un album à part dans la série puisque c'est une histoire sans Blake qui n'apparaît que dans 16 cases (au début et à la fin de l'histoire), autant dire pas du tout. Ce choix est volontaire de la part de Jacobs : "…Je me demandais si Blake était absolument indispensable. Or, j'ai remarqué que si Blake est, en somme, le complément de Mortimer, d'une égale valeur mais d'un tempérament différent, il y a confrontation d'opinions, donc intérêt des dialogues. Ni numéro un, ni numéro deux, ces deux personnalités sont égaux.../... Pourtant, lorsque j'ai tenté justement de l'éloigner, par expérience, dans Le Piège Diabolique, Blake m'a été réclamé avec insistance, c'est donc qu'il a sa raison d'être !…" (Edgar P. Jacobs ou les entretiens du Bois des Pauvres - François Rivière - Ed. du Carabe).

Mais surtout, Le Piège Diabolique est un album SANS OLRIK, grand absent de cette aventure. Lui, le héros incontournable, présent dans chaque histoire dès le Secret de l'Espadon ; c'est le grand oublié par Jacobs, qui souhaite certainement tourner une page et essayer d'explorer d'autres horizons avec de nouveaux méchants. Il a déjà opéré un changement dans La Marque Jaune où Olrik n'est pas le grand méchant de l'histoire, puisqu'il est utilisé "à l'insu de son plein gré" (pour reprendre une phrase célèbre) par Septimus. Dans l'Énigme de l'Atlantide, c'est Magon et dans SOS Météores, on trouve un savant fou : Miloch. Mais tous ces êtres démoniaques ne sont que de passage… Après le Piège Diabolique, Olrik est de retour dès l'Affaire du Collier. Impossible de se passer de lui ?

Mais Le Piège Diabolique failli bien ne pas voir le jour car la censure (déjà présente pour Le Secret de l'Espadon et La Marque Jaune), se déchaîna sur Jacobs. D'un côté, son éditeur lui demandait de rendre moins violant certaines cases (par exemple la dernière vignette de la planche 56 - source L'Enigme Jacobs de Philippe Biermé), mais surtout le secrétariat d'Etat (service juridique et technique), via la Commission de Surveillance et de Contrôle de la Presse Enfantine donne, le 25 juin 1962, un avis défavorable pour diffuser l'album en France "en raison des nombreuses violences qu'il comporte et de la hideur des images illustrant ce récit d'anticipation" (source L'Enigme Jacobs de Philippe Biermé). Que dirait cette Commission face aux émissions de TV réalité actuelles ? Mystère. C'est en tout cas ce qui motivera Jacobs à réaliser pour l'aventure suivante de Blake et Mortimer, une histoire policière "classique" (trop classique jugeront certains).

Concernant l'époque médiévale, Jacobs se serait fait aider par Liliane et Fred Funcken (spécialistes du genre) qui travaillaient également pour le journal Tintin.

La première publication du Piège Diabolique démarre dans l'hebdomadaire belge Tintin n°38 du 22 septembre 1960 et se poursuivra jusqu'au Tintin n°47 du 21 novembre 1961. L'album sortira en 1962 aux Editions du Lombard. L'histoire sera également adaptée en feuilleton radiophonique de 27 épisodes sur l'ORTF (puis en disque vinyle et CD), en CD-Rom en 1997 (Ed. Index+/France Télécom Multimedia, l’un des tout premiers CD-Rom interactifs ludiques) et enfin en dessin animé par Ellipse Animation (et en VHS et DVD). Enfin, cet album sera parodié "officiellement" en mars 2011 par Nicolas Barral et Pierre Veys dans le tome 2 de la série Les Aventures de Philip et Francis - Le Piège Machiavélique.

Comme pour chaque nouvelle aventure, Jacobs passe d'abord par la case "recherche" en écrivant dans des cahiers ses idées. Il va ainsi rédiger de nombreuses propositions de titre pour cette histoire :

• MORTIMER PERDU DANS LA QUATRIEME DIMENSION
• DANS L'ABIME DES SIÈCLES
• LE PASSAGER DE L'INFINI
• LE VOYAGEUR DE LA 4E DIMENSION
• PRISONNIER DE LA 4E DIMENSION
• LE PASSAGER DE LA 4E DIMENSION
• VOYAGE SANS RETOUR
• DANS L'ABIME DES TEMPS
• LE TESTAMENT DU DOCTEUR MILOCH
• PERDU DANS LA 4E DIMENSION
• LE CHRONOSCAPHE MAUDIT
• LE PRISONNIER DU CHRONOSCAPHE
• 10 000 AV JC - 10 000 AP JC
• DANS LA NUIT DES TEMPS
• DANS LA NUIT DES SIÈCLES
• LE PIÈGE DIABOLIQUE
• L'HOMME AU CHRONOSCAPHE
• L'HOMME QUI REVIENT DE LOIN
• DANS LE PIÈGE DU TEMPS
• DANS LE PIEGE DES SIÈCLES
• PERDU DANS L'INFINI DES SIÈCLES
• PERDU DANS L'INFINI DES TEMPS

Avec le choix final que l'on connaît...

Mais dans Le Piège Diabolique, le vainqueur n'est-il finalement pas le lieu où se déroule l'action (à travers le temps) : La Roche-Guyon ? Car en peu de vignettes, Jacobs a su rendre une atmosphère particulière, mystérieuse et "diabolique". La Roche-Guyon est désormais indissociable de cet album mythique. Au départ, le choix de Jacobs s'était porté sur le château de Vez dans l'Oise. "…Mais sur le terrain, le castel, bien que fort beau, se trouvait situé dans un cadre trop étriqué. Je me rabattis ensuite sur le château de Coucy, historiquement célèbre, mais ce qu'il en reste, et surtout ce qui l'entoure, ne m'inspira guère…" (Un Opéra de Papier).

C'est finalement la Roche-Guyon qui emporte la préférence de Jacobs. En plein automne, alors qu'il visite les environs avec sa femme, il est séduit par le cadre : "…Les ruelles étaient désertes et les vieilles demeures silencieuses. Exactement l'ambiance que je souhaitais. Enfin, comme nous débouchions sur le parvis, j'aperçus en contre-bas, le long d'un escalier aux marches usées, une maison basses aux volets clos. Sans hésiter une seconde, je dis à ma femme : La Bove !…" (Un Opéra de Papier).

blake mortimer jacobs roeche guyon

Bien sûr, la légende décrite dans le guide Michelin que consulte Mortimer au début de l'histoire n'existe pas. Voici d'ailleurs ce qu'écrivait ce guide à propos de la Roche-Guyon à l'époque :

blake_mortimer_michelin

Toutefois, Jacobs n'a pas visité le château, ni le donjon, ni les souterrains : "…J'ai découvert au moins une demi-dizaine de souterrains dans lesquels je ne me suis pas engagé, bien entendu, et j'ai pu saisir des aspects de ce donjon qu'on ne connait jamais…" (Edgar P. Jacobs ou les entretiens du Bois des Pauvres - François Rivière - Ed. du Carabe).

Il pris néanmoins de nombreuses photos des environs qui l'aidèrent par la suite à réaliser les différentes cases mettant en scène la Roche-Guyon. Cinquante ans après, le temps a bien sûr joué et certains éléments ont disparu. Mais, on peut toutefois découvrir et reconnaître des endroits immortalisé par le dessin de Jacobs, dont la fameuse "Bove" qui existe toujours.

blake mortimer jacobs piege diabolique

blake mortimer jacobs piege diabolique© Fondation Jacobs

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - 50 ans après, la végétation a bien poussé, mais la route des Crêtes permet d'apercevoir le Donjon.

blake mortimer jacobs piege diabolique

blake mortimer jacobs piege diabolique© Fondation Jacobs

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - La vue de la rue principale sur le château et le donjon.

blake mortimer jacobs piege diabolique

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - Impossible d'obtenir la même perspective que Jacobs.
Soit les maisons ont été reconstruites et la rue agrandie (peu probable), soit Jacobs a "arrangé" l'image à sa façon.

blake mortimer jacobs piege diabolique

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - La vue de la rue principale sur le château et le donjon.

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - La "Bove de la Damoiselle" où se trouve le Chronoscaphe. Toujours là, 50 ans après.

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - En 2009, elle était à vendre !

blake mortimer jacobs piege diabolique

blake mortimer jacobs piege diabolique© Fondation Jacobs

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - De nos jours, terminé l'escalier en ruine ! Jacobs a décalé le donjon dans sa case,
afin de le centrer avec l'escalier (alors qu'il est presque invisible à cet endroit, dans la réalité).

blake mortimer jacobs piege diabolique

blake mortimer jacobs piege diabolique© Fondation Jacobs

blake mortimer jacobs piege diabolique© Ludovic Gombert - L'immeuble au bout de la ruelle a été détruit.
Du coup, on distingue l'église à l'arrière-plan. Au fond à gauche, l'escalier menant à la Bove.

blake_mortimer_jacobs_piege_diabolique

blake_mortimer_jacobs_piege_diabolique© Ludovic Gombert - La porte d'entrée de "La Bove".

La commune de la Roche-Guyon et le château de la Roche-Guyon jouent le jeu depuis de nombreuses années, autour du phénomène. Ainsi, deux expositions furent organisées. La première en 1994, à la mairie et la seconde, en 1997, dans le Château qui accueilli pour l'occasion plus de 63 000 visiteurs ! Depuis, une exposition permanente autour de l'album se tient dans une des salles du château, tandis que l'on peut visiter le donjon, le château, les jardins et les souterrains avec le point d'orgue : une réplique du Chronoscaphe, au bout d'un tunnel sombre. Effet garanti !

Pour plus de renseignements :
E.P.C.C du Château de La Roche-Guyon
1 rue de l’Audience
95780 La Roche-Guyon
Tél. : 01 34 79 74 42
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.chateaudelarocheguyon.fr

C'est cette exposition et cette visite que nous vous proposons de découvrir ci-dessous :

L'Exposition Permanente

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

 blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

 blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

Le Chronoscaphe

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyon

La Visite

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyonL'escalier qui monte au donjon.

 

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyonLe même en sens inverse, après 250 marches creusées dans la falaise.

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyonLa vue sur la Seine et les jardins du Château, en haut du donjon.

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyonLa cour du Château et les toits.

blake_mortimer_jacobs_exposition_roche_guyonCe qui reste du donjon

Cliquez sur l'image pour naviguer dans la visite virtuelle du Chronoscaphe (ou utilisez les flèches)
Back to Top